Sélectionner une page

Tant va la cruche à l’eau qu’à la fin elle est pleine!

par | Fév 8, 2017 | Plomberie, Travaux | 0 commentaires

Je vais prendre les devants en te disant que les cruches te disent merci…

Bref, comme tu peux l’imaginer, ce post traitera d’eau et on y parlera de traitement d’eau parce que l’eau traitée est traîtrement bonne. Pour résumer, nous avons eu quelques soucis d’adduction d’eau…

Un bon schéma valant bien un long discours, voici grosso modo le réseau d’adduction d’eau de la maison:

 

Eh oui, nous avons l’honneur et le privilège d’être alimentés par l’eau d’une source qui se trouve à une petite centaine de mètres de la maison, environ 10 mètres en surplomb. Son débit est convenable (environ 2l/min) mais il nécessite un réservoir tampon pour stocker de l’eau en cas de forte demande. L’eau pouvant charrier quelques petites impuretés, on ajoute aussi des filtres à la sortie du réservoir. Par ailleurs, la pression étant inférieure à 1 bar (10m de colonne d’eau équivalent à 1 bar, sans compter les pertes de charge dans les canalisations), il nous faut un surpresseur pour pouvoir avoir un débit digne de ce nom au robinet. Et c’est là où le bât blesse…

Notre ancien surpresseur était un modèle agricole, fait pour travailler en mode « tout ou rien », avec un ballon de réserve de 50l, ce qui permettait de garder de l’eau sous pression et de pouvoir tirer la chasse d’eau par exemple, sans faire re-déclencher le groupe hydrophore (c’est le nom savant du surpresseur). C’est ce surpresseur qui, après un dernier soubresaut, a décidé de nous quitter définitivement le 22 janvier 2017. RIP.

 

Tant qu’a changer le surpresseur, on a décidé de casser la tirelire et de changer tout ce qui touchait à l’adduction d’eau dans la grange!

On a donc remplacé le réservoir tampon par une cuve alimentaire trouvée sur leboncoin (elle avait du servir à transporter du sirop de glucose-fructose ou un truc du genre vu le résidu gluant et sucré à l’intérieur, mais on l’a nettoyée avec soin):

 

Mais également le système de filtration: des analyses ont montré que quelques spécimens de e.coli aimaient à se prélasser dans notre source. On a donc dû faire l’acquisition d’un filtre UV de chez Cintropur qui élimine ces vermines!

 

Last but not least, le surpresseur a donc été remplacé par un modèle de toute beauté, la Rolls des groupes hydrophores, j’ai nommé: un E.Sybox de chez DAB! Et nous sommes allés le chercher en Italie, si signorina! En résumé, cette fois, ce n’est pas une simple pompe « tout ou rien » avec un ballon de réserve, mais un système qui s’adapte au débit demandé au robinet en maintenant une pression de 3 bars en faisant varier la vitesse de rotation de la pompe. La technologie étant assez nouvelle, on fera surement un bilan dans quelques mois.

 

Et après une journée de dur labeur, à jongler entre les raccords, les vannes, les clapets anti-retour, les joints caoutchouc et le ruban téflon, halleluia, nous avons de l’eau courante!

Nous n’aurons donc passé qu’une dizaine de jours à vivre sans eau courante, en allant chercher de l’eau au lavoir pour pouvoir tirer la chasse, faire la vaisselle ou se doucher; faire chauffer l’eau sur les poêles à bois ou dans les bouilloires. Bref, à l’ancienne… Mais trêve de nostalgie, le confort moderne, c’est quand même vachement bien!