Sélectionner une page

Que d’eau, que d’eau!

par | Juil 9, 2017 | Artisans, Extérieur, Travaux | 0 commentaires

La semaine dernière, nous avons eu affaire à notre première entreprise de travaux! Chaaaaampagne! Il s’agit de Bertrand TP, une entreprise spécialisée dans le terrassement et l’assainissement. Nous les avions sélectionnés pour refaire le captage de notre source et nous installer un système d’assainissement par filtre compact. Comme nos supers voisins nous ont entre temps parlé d’une subvention de la communauté de communes pour la réalisation d’assainissements individuels et qu’après nous être renseignés, il s’agit d’un montant de 3300€, on va attendre d’avoir rempli toute la paperasse nécessaire avant d’attaquer ces travaux. Par contre, la réfection du captage a bien eu lieu la semaine dernière!

 

Comme nous te le disions dans un précédent article, notre source était légèrement contaminée par les eaux de ruissellement et des analyses ont révélé que ce cher petit e.coli squattait notre eau…

 

D’où l’intérêt de passer d’un mode de captage artisanal à quelque chose de plus sérieux.

 

Passons maintenant au vif du sujet et donc aux travaux réalisés en 5 jours par les 2 ouvriers de Bertrand TP. Dans un premier temps, armés de leurs 2 pelles mécaniques, ils se sont échinés à débroussailler autour de notre source.

 

previous arrow
next arrow
L'accès débroussaillé
ArrowArrow
Slider

Deux tranchées ont ensuite été creusées à environ 1,5m de profondeur pour capter les veines (d’où le nom « Les Veynes ») d’eau.

previous arrow
next arrow
Première tranchée
ArrowArrow
Slider

Une buse de béton perforée a alors été placée pour collecter les eaux venant de ces tranchées via des tubes perforés et celles-ci ont été remplies de cailloux drainants enveloppés d’un géotextile pour filtrer les particules fines du sol. Un peu comme on avait fait pour drainer la petite source sous le garage.

 

previous arrow
next arrow
Levage de la buse béton
ArrowArrow
Slider

Une fois la zone du captage refermée proprement, une longue tranchée est creusée dans le pré adjacent et à travers le chemin de terre pour amener l’eau jusqu’à la maison. Un tuyau y est enterré sous au moins 80cm de terre pour éviter le gel. Il est recouvert d’un grillage avertisseur pour éviter de l’arracher en cas de futurs travaux au niveau de son passage.

 

previous arrow
next arrow
Le tuyau en fond de tranchée
ArrowArrow
Slider

Une fois à proximité de la maison, un trou est creusé en bout de tranchée pour enterrer la cuve de 5000L. Un lit de gravier est posé en fond de fouille pour stabiliser le sol sous la cuve puis celle-ci est posée par dessus. Le trou est ensuite remblayé avec des graviers et de la terre excavée précédemment. La cuve étant relativement fragile, des rochers sont disposés à la surface pour signaler son emplacement et éviter que des véhicules ne se garent au dessus.

 

previous arrow
next arrow
L'excavation commence
ArrowArrow
Slider

Une fois la cuve en place, il ne reste plus qu’à poser les tuyaux de prise d’eau jusqu’au surpresseur dans la grange et de trop-plein jusqu’au lavoir. Un muret a du être en partie démonté pour creuser la tranchée mais les ouvriers l’ont proprement remonté en quelques minutes.

 

previous arrow
next arrow
Début du démontage du muret
ArrowArrow
Slider

Le terrain a ensuite été soigneusement refermé et on voit le travail accompli durant une semaine par nos 2 ouvriers:

 

 

 

Une fois ces travaux finis, on a eu une bonne surprise et une moins bonne…

 

La bonne, c’est que notre débit d’eau a doublé! Au lieu de remplir ma bouteille-étalon de 1,5L en 45 secondes, j’ai pu la remplir en 22 secondes. On passe donc d’environ 2880L par jour à environ 5890L. La cuve représente par conséquent à peu près une journée de réserve d’eau.

 

En France, la consommation d’eau moyenne par jour et par personne s’élève à environ 150L. En étant généreux et pour faire une estimation « au pire », on va monter ce chiffre à 250L. Nos gîtes et chambres d’hôtes devraient à terme pouvoir accueillir jusqu’à 18 personnes (nous compris) dans des conditions confortables. Il nous faudrait donc 18 x 250 = 4500L d’eau par jour. On est donc dans les clous, avec même un peu de marge pour le jardin et la piscine!

 

La moins bonne nouvelle, c’est que si le trop-plein du lavoir était capable d’évacuer le débit avant les travaux, il n’en est plus capable maintenant! On a donc une grosse flaque à la sortie du lavoir et il va rapidement falloir qu’on creuse une nouvelle tranchée jusqu’à la future piscine pour évacuer toute cette eau via un tuyau d’un diamètre supérieur…

 

A part ça, cette partie du chantier s’est passé comme sur des roulettes, il ne restera plus qu’à refaire des analyses d’eau dans quelques jours, quand l’eau aura un peu décanté pour vérifier sa qualité.