Sélectionner une page

Drainage, fourreaux, eau… bref, une tranchée quoi!

par | Août 30, 2017 | Extérieur, Travaux | 0 commentaires

Comme expliqué dans le précédent article, le débit d’eau de notre source ayant augmenté, il nous fallait revoir l’évacuation du trop-plein du lavoir qui n’était plus suffisamment dimensionné. Et, comment te dire…? On est allé de surprise en surprise!

 

Logiquement, on a commencé à creuser avec pelles et pioches à la sortie du lavoir pour dégager le tuyau d’évacuation. Pour tout te dire, on n’avait aucune idée d’où il débouchait…

 

En suivant le tuyau on a d’abord croisé la nouvelle alimentation en eau qui avait été installée lors de la réfection du captage d’eau (on devine à peine le grillage avertisseur bleu à côté de la petite flaque sur les photos ci-dessus). Et on est même arrivé à creuser autour sans l’abîmer!

 

Sur les photos, on voit un deuxième tuyau (une gaine PER plus exactement) rejoindre notre tuyau d’évacuation du lavoir. Il s’agit de l’alimentation en eau du garage et du robinet du jardin qui avait déjà été installée par les précédents propriétaires.

 

En creusant, on est tombé sur des pierres de plus en plus grosses, jusqu’à arriver à des blocs qui nous ont pris une demi journée à extraire… Le sol étant gorgé d’eau, l’effet de succion n’aidait pas vraiment.

 

Il nous aura ainsi fallu 3 journées complètes et quelques litres de sueur pour arriver à ce résultat:

 

On voit donc notre évacuation (en noir), l’adduction d’eau du garage (en bleu) et – surprise! – le début d’un autre bout de tuyau noir ainsi qu’un drain perforé noir de 10cm de diamètre entouré de géotextile. Et en y regardant de plus près, on voit notre évacuation entrer dans le drain et se terminer environ 2 mètres plus loin!

 

Autant dire qu’un drain n’est à la base pas vraiment prévu pour acheminer un débit d’eau continu d’un point à un autre, ce n’est pas un tuyau!

 

D’autre part, on a à nouveau pu constater l’origine du nom « Les Veynes » (les veines d’eau) quand on est revenu constater l’évolution de notre tranchée le lendemain matin… Le niveau d’eau se trouvait environ 20cm sous le niveau du terrain.

 

Finalement, en creusant un peu plus, on est parvenu à faire des découvertes archéologiques! Oui Madame! On est tombé sur un drainage archaïque à base de grosses pierres qui formaient une sorte de conduit pour canaliser l’eau souterraine. Et dans cet espace passait… une canalisation en plomb!

 

 

A partir de là, on s’est dit qu’il allait nous falloir une mini-pelle pour accélérer le mouvement et on a refait appel à La Gravière à Lamastre. Bien évidement, c’est un peu plus bourrin avec une mini-pelle qu’avec une pelle et une pioche et j’ai donc arraché accidentellement la canalisation en plomb. Heureusement, elle était vide. Notre hypothèse est qu’elle devait servir à la base à acheminer l’eau de source dans la grange. Dans le même temps, on a également constaté que le petit bout de tuyau noir qui débutait au milieu de nulle part finissait 2 mètres plus loin…

 

Tous ces tuyaux et drains étant enterrés à une faible profondeur, on a profité de la mini-pelle pour creuser une tranchée parallèle plus profonde pour y mettre tout ce qu’on voulait:

– Le nouveau tuyau d’évacuation du lavoir
– Le PER d’alimentation en eau du garage
– Un fourreau pour la future alimentation électrique du garage
– Un fourreau pour la future alimentation télécom (ethernet/fibre) du garage

Le tout, selon les règles de l’art et enrobé de cailloux drainant et de géotextile:

 

 

Voilà, on dirait pas comme ça mais c’était assez intensif comme boulot! L’évacuation du trop-plein fonctionne maintenant correctement, il faut juste qu’on arrive à limiter la prolifération des algues dans le lavoir pour éviter que tout ne se bouche… L’eau est maintenant évacuée en aval du garage pas loin d’où sera implantée notre future piscine.

 

Pendant ce temps, notre réserve de pierres grandit petit à petit. Je te montrerai ce que j’ai fait d’une partie de ces pierres dans un prochain article!