Sélectionner une page

L’éclairage des alcôves de la cuisine

par | Fév 3, 2018 | Eclairage, Travaux | 0 commentaires

Salut toi ! Et si on parlait éclairage d’alcôves aujourd’hui ?

 

Alors, il y a alcôve et alcôve, on ne va pas parler ici des alcôves dans lesquelles on installait des lits puisque les nôtres se trouvent dans la cuisine. On va plutôt parler de renfoncements dans les murs pour permettre d’installer des étagères encastrées. Deux alcôves de ce genre existaient dans les murs en pierre du futur local cuisine. Nous avons simplement choisi de ne pas les condamner en doublant les murs avec du placo mais au contraire de les reporter dans le doublage pour profiter de ces espaces de rangement supplémentaires.

 

 

 

Et tant qu’à faire, nous avons voulu équiper ces alcôves du nec plus ultra en terme d’éclairage, c’est-à-dire des bandeaux LED RGB dimmables pilotables par radiofréquences dans des profilés aluminium encastrables.

 

Bon, je pense qu’une petite explication de texte s’impose :

  • Bandeau de LED RGB dimmable : c’est un ruban électronique sur lequel sont fixées des LED de couleurs (Red – Rouge, Green – Vert, Blue – Bleu) à intervalles fixes, et dont on peut faire varier l’intensité lumineuse. Ce bandeau est recoupable tous les 5 à 10 cm en général.

  • Pilotable par radiofréquences : une télécommande permet d’envoyer des ordres pour changer la couleur ou l’intensité lumineuse du bandeau de LED en envoyant des ondes radio (du même type que les ondes wifi) à un récepteur installé en amont du ruban.

  • Profilés aluminium encastrables : ce sont des rails creux au fond desquels on vient coller les bandeaux de LED afin de les camoufler et limiter l’effet « pointillés » des LED grâce à un cache effet givré qui diffuse la lumière uniformément.

Voilà, maintenant tu dois un peu mieux comprendre ce dont il s’agit ! Et comme un bon schéma vaut mieux qu’un long discours, voilà pour toi, histoire de bien visualiser :

 

 

Ça, c’était pour la théorie… vient maintenant la pratique. Et c’est là que les choses se compliquent ! Tout d’abord, il faut choisir des transformateurs 230V/24V qui puissent fournir une puissance suffisante pour les rubans. Sachant que l’on a choisi des rubans qui consomment 14,4W par mètre et qu’en prenant large, on estimait la longueur à 1 mètre de chaque côté de chaque alcôve, il nous fallait minimum un transformateur de 30W par alcôve. Comme ils étaient en rupture de stock, on a pris le modèle supérieur : 60W. Comme ça, on est vraiment large.

 

Ensuite, il faut que lesdits transformateurs, ainsi que les contrôleurs RGB (recevant les signaux de la télécommande) restent accessibles en cas de panne ou d’intervention ultérieur. On perce donc le placo sur le côté de l’alcôve pour pouvoir passer ces éléments en toute discrétion. Ces trous seront refermés avec des caches en plastique de la même gamme que les appareillages Legrand (prises et interrupteurs) que nous avons dans la pièce.

 

 

Enfin, et c’est clairement la partie la plus délicate, il faut creuser les plaques de placo aux dimensions des profilés à encastrer. On commence au cutter pour délimiter les contours puis on dégrossit le travail à la perceuse sur laquelle on vient fixer une petite fraise et enfin, on fignole avec le Dremel et ses divers embouts de finition. On vient enfin percer cette saignée dans le placo ainsi que le rail alu aux extrémités afin de faire passer l’alimentation dans le doublage. Après quelques heures de travail minutieux, les 4 plaques de plâtres des côtés des alcôves sont prêtes !

previous arrow
next arrow
La plaque vierge
ArrowArrow
Slider

La liaison électrique entre les bandeaux LED de chaque côté d’une même alcôve se fait via des fils électrique qu’il faut souder aux extrémités de ces derniers. C’est un autre travail minutieux dont nous nous sommes affranchis avec <cris et énervements> joie et bonne humeur.

 

Une fois les rubans LED collés à l’intérieur des rails encastrables, les liaisons électriques faites et testées, il ne reste plus qu’à fixer les plaques de plâtre sur l’ossature métallique pour terminer l’habillage des alcôves et profiter du fruit de notre labeur.