Sélectionner une page

Le réseau domestique – partie 2 : réseau fixe, la théorie et les futurs déploiements

par | Mai 15, 2018 | Réseau domestique | 0 commentaires

Dans la première partie, je t’ai parlé de l’amélioration des réseaux mobile et Internet afin d’obtenir un débit correct malgré le peu de solutions à notre disposition.

Aujourd’hui, nous allons plutôt nous tourner vers le futur et décrire l’ensemble de l’aménagement fixe qui nous permettra d’obtenir des débits plus élevés à l’avenir.

Parce que oui, quitte à faire des travaux, autant prévoir les réseaux du futur directement.

2.1 – Le contexte

Comme tu le sais, notre village se situe en Ardèche et fait partie de la communauté de communes Rhône Crussol, qui s’étend jusqu’au Rhône.

 

En ce moment, la France tente de rattraper son retard en matière de télécommunication et de très haut débit, en déployant la fibre optique sur tout le territoire.

La fibre optique? Kezako? A moins d’avoir hiberné pendant quelques années, tu dois surement savoir que la fibre optique est le remplaçant de l’actuel ADSL et permet de se connecter à Internet beaucoup plus rapidement. C’est un enjeu très important pour le développement économique du pays et la compétitivité de ses entreprises.

Le problème est que les opérateurs télécoms français (Orange, Free, Bouygues et SFR) sont des entreprises privées recherchant avant tout le profit. C’est pourquoi, malgré leur mission d’équiper toute la population en fibre optique, ils privilégient les zones densément peuplées, et donc les grandes et moyennes villes. Les zones rurales sont ainsi délaissées par les opérateurs privés, d’où la possibilité donnée aux collectivités de déployer elles-même le réseau fibre optique. Cela s’appelle les RIP (Réseaux d’Initiative Publique).

Pour te donner un aperçu des travaux que cela représente, tu peux te dire que le déploiement est identique à celui du téléphone fixe à l’époque : il faut donc tout recommencer à zéro pour des millions de français !

 

Pour comprendre les enjeux de ce que représente le très haut débit, tu peux cliquer sur l’image ci-dessous du site Plan France Très Haut Débit, qui pilote l’ensemble des RIP.

Il va donc nous falloir prévoir l’arrivée futur de la fibre lors des travaux, qui sera proposée par l’intermédiaire du Syndicat Mixte Ardèche Drôme Numérique : il s’agit du RIP qui va déployer la fibre en Ardèche et en Drôme. Si tu veux connaitre le nom du RIP de ton département, consulte le site Plan France THD (image ci-dessus).

2.2 – Présentation du futur réseau domestique

Pour que tout soit correct au niveau du déploiement dans la maison, il va falloir être méthodique et ne rien oublier.

Les différents conseils que je peux donner quand on ne sait pas pas où commencer sont :

• faire un état des lieux de l’existant, son utilisation et ses possibilités d’évolution et de modifications
• faire un point sur ce que l’on souhaite développer dans la maison : plutôt du wifi partout, ou des prises Ethernet, les deux, de la domotique?
• parcourir les forums et sites Internet à la recherche d’aide et de conseils
• être un peu geek dans l’âme et aimer mettre les mains dans le cambouis (c’est un domaine assez technique)
• prendre le temps de schématiser l’ensemble du futur réseau

► Le réseau VDI (Voix Données Images)

Définition : Le réseau VDI (Voix, Données, Images) est un réseau universel qui permet de transporter la voix (téléphonie), les données (informatiques) et des images (télévision) à l’intérieur de votre habitation.

Cette définition permet de comprendre de quoi nous parlons : nous souhaitons développer un réseau unique permettant d’utiliser le téléphone, Internet ou la TV dans la maison.

Je ne vais pas entrer dans le détail des normes qui est assez complexe mais pour tout ce qui est création d’un réseau VDI, je te conseille l’excellent blog reseau-vdi.fr qui est une mine d’informations (et Morgan le créateur est très sympa et disponible).

Le moment est venu de se poser la question suivante : que souhaitons-nous déployer dans la maison en termes de technologies ?

Nous souhaitons :

• développer un réseau Internet par câble dans toute la maison et les dépendances
• apporter du Wifi dans certains endroits
• avoir la TV dans toutes les chambres
• domotiser certaines parties de la maison pour plus de confort, de gain de temps et faire des économies d’énergie.

En se basant sur ce cahier des charges, il a donc fallu se demander, pour chaque pièce et zone de la maison et des dépendances, où l’on souhaitait installer des prises pour Internet ainsi que pour la TV dans un premier temps. La réflexion sur la partie domotique se fera dans un second temps, même s’il faudra y penser avant d’avoir terminé les travaux.

Pour simplifier les explications, voici un petit tableau permettant de comprendre quel type de flux (TV ou Internet) peut être transmis selon le type de câble utilisé :

 

Pour recevoir Internet, on ne peut passer que par un câble Ethernet, tandis que pour recevoir la TV, on peut passer par un câble Ethernet ou un câble coaxial (la plupart des installations actuelles permettent la réception TV provenant d’une antenne râteau par un câble coaxial – c’est le cas de la TNT).

Il existe des câbles Ethernet permettant la diffusion de la TV par TNT ou satellite. Cette spécificité répond à des normes et catégories bien précises de câbles, dont tu pourras trouver toutes les spécifications sur le blog cité plus haut :

Cable Ethernet : grade 3 ou catégorie 6?
Grade 3,2,1, quelle signification?

Au départ, je me suis dit : si l’on peut passer Internet et la TV sur un seul et même câble Ethernet, pourquoi s’embêter à tirer d’autres câbles? 

Et c’est bien là toute l’importance de la réflexion car en étudiant les spécificités des câbles Ethernet, je me suis rendu compte qu’il fallait une très bonne réception TNT pour que la transmission au niveau des câbles Ethernet fonctionne parfaitement. En effet, plusieurs paramètres entrent en compte tels que la longueurs des câbles, la fréquence de la chaine de TV reçue, etc… Or, nous sommes assez éloignés des émetteurs TNT et la mauvaise réception nous oblige pour l’instant à passer par une antenne satellite.

La longueur des câbles va dépendre de l’emplacement du tableau de communication (ou Baie de Brassage) qui va être le point central du réseau domestique.

 

Recevant actuellement la TNT par satellite, j’ai préféré opter pour la sécurité et transmettre la TV par des câbles coaxiaux traditionnels.

Afin que notre installation soit évolutive, j’ai malgré tout opté pour un type de câble Ethernet permettant de transmettre la TV, et ce, même si on ne s’en servira pas tout de suite. On ne sait jamais… 😉

Pour information, il s’agit d’un câble Grade 3S (« S » pour « Satellite »).

► Le réseau de télévision

La décision étant prise concernant les câbles, il faut désormais étudier leur cheminement pour apporter les chaines TV à environ 10/12 téléviseurs. Et ce n’est pas une mince affaire car :

• en diffusion satellite, il faudrait un démodulateur pour chaque TV, ce qui représente un coût trop important du fait du tarif TNTSAT (environ 100€ par décodeur + 15€ tous les 4 ans pour la carte d’accès),
• en diffusion par antenne râteau (TNT), il faut être certain d’avoir une bonne réception, et étant donné notre localisation, ce n’est pas garanti !
• il ne faut pas avoir de trop grandes longueurs de câbles coaxiaux, sous peine de voir le signal TV s’affaiblir (mais tout de même beaucoup moins que si on avait choisi la solution TV par Ethernet).

Du coup, après m’être renseigné sur différents forums (dont un très bon : Tvnt.net), j’ai compris qu’il fallait investir dans une antenne râteau digne de ce nom et tenter de recevoir la TNT par cet intermédiaire (ce qui semble possible) puis ajouter un petit module permettant de coupler l’actuelle arrivée TV par la parabole et la future arrivée par cette antenne râteau. Il s’agit d’un Multiswitch TV permettant également d’amplifier le signal pour assurer une bonne réception :

Ce dernier possède 5 entrées : 1 pour l’antenne râteau, 4 pour la parabole satellite (il faut un branchement spécial pour la parabole et donc une tête spéciale appelée LNB Quattro).

Le switch permet de transmettre la TV sur 16 sorties, soit 16 TV.

Pour permettre la réception des signaux TV avec ce multiswitch, il faudra OBLIGATOIREMENT installer des prises murales TV/R/SAT comme ci-dessous, afin de pouvoir séparer les différents flux (entre la TV, la radio numérique ou le satellite).

L’avantage d’utiliser ce système dans notre cas est que nous pourrons éventuellement disposer de 2/3 démodulateurs sur demande des clients permettant de réceptionner des chaines étrangères par satellite, contrairement à la TNT par antenne râteau qui ne le permet pas !

 

 

 

► Le schéma du futur réseau

La prudence étant de mise, nous avons opté pour une configuration large composée de :

• 27 prises Ethernet
• 15 prises coaxiales

Il vaut mieux trop de prises que pas assez et en manquer après coup !

Voici donc le schéma prévisionnel de notre réseau domestique:

 

Le voici au format PDF :

Schema-VDI-2017-v7
Document (pdf)
4,96 MB

Pour information :

• les traits oranges correspondent aux câbles Ethernet (Internet)
• les traits roses correspondent aux câbles coaxiaux (TV)
• les traits bleus correspondent aux différentes arrivées de la parabole et de l’antenne râteau pour la TNT
• les traits violets correspondant à l’arrivée Fibre/4G fixe
• les traits vert et rouge sont liés à la box Internet, pour le téléphone fixe VOIP pour le premier et pour faire le lien entre le boitier dédié à Internet et le boitier TV (dans le cas où il y en aurait 2 – tout dépend de l’opérateur) pour le second.

De manière simplifiée, le cheminement est le suivant :

 

Tout ce beau monde se retrouve donc dans une baie de brassage (ou tableau de communication) afin d’avoir un point unique dans la maison où gérer l’ensemble du réseau.

Cette baie n’est cependant ici pas complète, elle contiendra probablement une box domotique et sera donc mise à jour en temps voulu.

Je ne vais pas rentrer dans les détails du switch Ethernet, cela fera l’objet de la 3ème partie de ce dossier consacré au réseau domestique, à savoir l’installation de tous les câbles dans la maison.

Affaire à suivre donc…