Sélectionner une page

On sous-traite ! – L’appentis

par | Mar 28, 2019 | Artisans, Maçonnerie | 0 commentaires

Bon, ça fait quelques temps que je te parle des travaux de la grange mais ça a avancé dans d’autres zones aussi ! Aujourd’hui, je te présente la métamorphose de notre appentis.

Ce local est adjacent à la grange et le but est de le transformer en petit gîte indépendant. Voilà à quoi il ressemblait au départ.

 

 

A la base, le plan était simple : Après avoir retiré les tuiles, les tôles et les poutres qui servaient de toit, notre entreprise de maçonnerie – Chazal pour changer – devait simplement monter un mur supplémentaire et couler les dalles basse et haute. Pour cela, la première étape était de retirer les pierres instables du haut des murs existants. Sauf que…

 

 

Le côté positif ? C’est que le mur est tombé au début de cette partie des travaux plutôt qu’à la fin… Le drainage étant inexistant derrière ce mur qui était enterré et retenait un chemin communal, la poussé des terres a petit à petit disjoint les pierres et déstabilisé l’ensemble. Il aura juste suffi d’un petit coup de godet de mini-pelle pour tout faire basculer. Bref, vu l’état de ce qu’il restait en place, on a préféré tout enlever pour repartir sur une base saine.

Et à partir de là, APRES AVOIR INSTALLE UN DRAIN DERRIERE LE MUR, on pose des blocs à bancher (communément appelés parpaings) qu’on arme avec des tiges métalliques et qu’on remplit avec du béton. Une étanchéité est également collée contre ce nouveau mur, côté enterré, et protégée avec un géotextile épais pour éviter son poinçonnement par des gravats lors du remblaiement.

Suite à ça, on reprend le programme tel qu’il était prévu : d’abord on coule les fondations du mur qui clôturera l’extension de l’appentis, puis on monte ledit mur. Ici, vu que le mur n’est pas enterré et que l’extérieur sera donc apparent, on reprend la technique utilisée pour la grange : on pose un coffrage sur l’intérieur du mur et on monte les pierres au mortier sur l’extérieur en remplissant l’espace intercalaire avec du béton au fur et à mesure que le mur monte. A la jonction avec les murs existants, des tiges métalliques sont scellées dans les pierres et noyées dans le béton pour solidariser le nouveau mur à l’ancien.

Une fois tous les murs en place, on passe à la réalisation de la dalle haute pour créer notre future terrasse. On pose d’abord les poutrelles et les hourdis, comme pour la dalle du 1er étage de la grange, avec, dans ce cas-ci, une poutre intermédiaire qui permet de reprendre les charges à l’emplacement de l’ancien mur latéral. Le ferraillage est ensuite posé et le béton coulé dans la foulée.

Et enfin, on réalise la dalle basse de la même façon que pour la grange : galets pour le drainage, isolant, polyane, ferraillage, béton. Pas de réseaux enfouis cette fois-ci, à part un drain périphérique. On en profite par contre pour percer un accès à la carotteuse entre l’appentis et la grange pour les futurs réseaux (adduction d’eau, chauffage, évacuation, électricité et télécom).

Cette partie du chantier se termine avec la réalisation de l’acrotère (petit muret support du futur garde-corps) sur le pourtour de la terrasse.

A suivre : l’isolation et l’étanchéité de la terrasse, probablement dans le courant de l’été.